Vous êtes ici : Accueil > Jeux > Homonymic

Homonymic

But du jeu

Le but de ce jeu est extrêmement simple, par contre le jeu lui-même l'est nettement moins. Il s'agit de compléter le texte ci-dessous avec des homonymes, autrement dit plusieurs mots qui ont la même prononciation mais qui ne s'écrivent pas de la même manière.

IL est possible d'utiliser plusieurs fois le même homonyme. Tous les groupes d'homonymes sont constitués d'au moins deux éléments, mais la distance entre ceux-ci peut parfois être plus ou moins longue.

Si quelqu'un arrive à faire 0 fautes sans tricher, je le félicite d'avance.

Le texte

Le de près de deux entra dans la salle :

« Ton est resté au quo ! », fit-il en me regardant.
J'en restai . Je ne disais dans mon
intérieur que cela devait changer et que je devais un plus travailler en classe.

« ? », lui demandai-je.
« Je ne constater que tu n'en fiches ou prou en classe, ces derniers , en mathématiques qu'en français !
Sache agissant de la sorte, tu n'iras jamais loin, ce n'est que tu travailleras mieux que tu émergeras un !
As-tu une remarque à ce que je viens de dire ?
— Non, monsieur, je... je vais essayer de mieux travailler ... je... heu... »

Les autres élèves se moquèrent de moi plus que jamais. rires étaient tellement stridents que suivre la de Monsieur Tangueul devenait difficile.

« Arrête le massacre ! Je fiche de tes excuses au rabais ! Que ce n'importe , de toute façon, c'est encore un , tu ! Je parie que tu ne bougeras pas d'un seul pas. C'est toujours la même chose avec toi... Quand tu seras à bosser, tu me le diras... j'imagine que ce n'est pas d'être le , n'est-ce pas ? Je que tes camarades ne te motivent pas beaucoup, c'est le moins que puisse dire ... »

Le de la cloche interrompit et interminable discours.

meilleure copine, vêtue d'un joli habit en , s'approcha de moi à la sortie et me demanda :

« Tu es que ça va aller ?
— Non, répondis-je tristement, il traumatisé. J'en ai d'être le vilain petit canard dans la . Dans cette classe, ils tous contre moi... pourtant, je fais ce que je , je te jure ! »

Pour me détendre un minimum, après les , je décidai d'aller m'asseoir dans la à proximité du . Je pris le chemin le plus et
j'allai m'installer un grand , derrière lequel se trouvait une petite ,
et j'attendis calmement, en regardant la . IL n'y a rien de si apaisant que de regarder les vagues déferler...

Ma commença à s'inquiéter, elle avait réservé un de son gâteau pour le souper, et moi, je ne rentrais pas...
Lorsqu'il rentra, mon , ne voyant pas ma de souliers à côté des siennes, lui aussi pris de panique...

était trop. finir leur repas, ils partirent à ma recherche.

Pendant ce temps-là, moi, je faisais les pas, la tête basse, près de la qui se trouvait non loin du port que j'avais rejoint. J'ignorais qu'il était et encore plus qu'ils fouillaient les environs en .

Ils me retrouvèrent quelques heures plus tard, alors que je regardais l' se lever d'un bateau :

« Hé mais tu toi ! Quelle idée t'es passée par la tête pour que tu te ici ? Sais-tu s'es fait un d' pour ? On t'a cherché jusque sur le de la maison des Plaztok !
— Oui je , c'est , je vais très mal et je suis ... encore l'école...
encore fait ?
— Ce qui arrivé absolument pas drôle : la de ... mon prof de classe énervé contre devant les autres élèves, prétextant que je ne travaillais plus depuis des ... Les autres au nez, tu peux douter...
— Allez, un peu de courage, tu vas y arriver, pas peur. Dans le calme, une solution pour résoudre chacun des problématiques qui se posent à nous.
— Facile à dire...
, rentrons, tu dois avoir , non ? Il y a du gâteau aux qui sort tout frais du et un reste de rien que pour ! »

Je fis un de mon siège en apprenant le menu de la soirée, et, en quelques minutes, j'étais devant la porte de derrière, qui s'ouvrait à pied,
en dans la cuisine.

rapidement rentré dans l'ordre. Mes parent se partagèrent même un de . Heureusement que c'était un vendredi qui sentait vraiment la de semaine.

Fatigué des évènements de la journée, je gagnai rapidement , mes yeux voyageant péniblement de ma BD favorite à la photo du Saint-Michel. J'attendais encore un petit « bonne nuit » avant de fermer mes paupières.

Un « Toc toc » me fit sursauter :
— Qu'est-ce que tu ? tu ferais mieux de dormir, je vois bien que te les yeux. Allez, bonne nuit mon chéri.

J'éteignis la lumière et je m'endormis presque aussitôt en faisant un rêve assez étrange avec des qui se transformaient en .

Vous êtes ici : Accueil > Jeux > Homonymic

Dernière modification de cette page : Mardi 10 juillet 2007 10:46
Haut de page  •  Contact  •  RSS  •  Valide XHTML 1.0